Au bal masqué

Se laisser bercer par une rythmique typiquement africaine. Laisser le crayon travailler.
L’approche de la linogravure pour confectionner ces différents carnets. 

La linogravure, un système d’impression à l’aide d’une plaque que l’on grave, qui a quelque chose d’imparfait et de texturé.

Parmi les différentes couvertures qui ont été imprimées, aucune ne se ressemblent.
Le hasard de la création. 

Parfois le motif ressort de plein fouet, d’autre fois, il s’efface. 

Ensuite on prend le temps des mesures pour effectuer les trous afin de relier les différentes pages du carnet entre elles. Muni d’une aiguille on se lance. On part du centre, puis on va à droite, on retourne au centre pour repartir vers la gauche et ainsi de suite. On prend garde que le fil reste bien tendu et qu’aucun noeuds ne se forme.

Une fois terminé, on lui coupe les feuilles qui dépassent (on appelle ça la « chute du papier »), afin d’égaliser le carnet.

Une petite mise en beauté pour le shooting photo et voilà un carnet « Swiss made »,
prêt à recevoir vos histoires et confidences

Disponible dans mon shop en édition limité